The Broken
The Broken (2008) de
Sean Ellis


Sean Ellis, photographe branchouille, a titillé le genre avant d'éclater les festivals avec son sublime mélo réaliste Metro Manila. Retour sur The Broken, un second long métrage sous influence.

C'est le pitch

Le reflet dans la glace d'une working girl commence à tout niquer autour d'elle. La miss vire parano, tendance pulsions assassines. Pendant ce temps, la ville semble sur le point de sombrer dans une invasion de doubles énervés.

Tom Ford Jr derrière la caméra 

Sean Ellis est un enfant de la mode (pubs pour J.P. Gaultier et Nike). Pourtant, quand il ne shoote pas des mannequins, le photographe fait la java à la fête de l'huma. On découvre son travail avec l'énervant Cashback, tract pénible d'un étudiant aux beaux-arts pendant une nuit marxienne. Puis déboule The Broken, pépite sous influence Shyamalan. Pas de bol, la référence énerve ou arrive trop tard, ou les deux à la fois, et le film fait injustement pitié avec son étoile et demi sur Allociné. 2013, Metro Manila casse la baraque en délocalisant le Voleur de bicyclette dans les rues de Manille. C'est encore une fois vachement bien.

Promo Babou

The Broken sent bon Babou niveau budget. Mais voilà, avec son art de faire de la photo classouille, Sean Ellis se défonce pour tout lécher, y compris le cadre et le montage. D'une certaine manière, le zozo rassemble à lui tout seul, et un poil avant l'heure, l'esprit Blum House (Insidious, Sinister). C'est-à-dire, fabriquer un film fauché, mais avec l'impératif de gonfler la mise en scène avec des bouts de ficelles pile avant le ridicule.

Brian

On pense au génial Passion de Brian de Palma. On s'en souvient, tout sonne faux car le maestro transforme son polar cheapos en film d'entreprise porno. La vérité crue du monde du travail doit être filmée comme du cul et c'est saignant.
Ellis n'est pas loin de cet univers quand, soudain, le miroir refuse de répondre à l'éternelle question « c'est qui la plus belle ?». L'ennemi est dans la glace, prêt à dévorer son Body double pour piquer sa place. Dans Passion, ça ressemble aux pages économiques du Figaro. The Broken préfère Nous deux mais avec un pigiste de chez Mad movies au scénario. Et ça, c'est plutôt cool.

Photo : Passion de Brian De Palma

 

 

 

DS

Filmographie de Sean Ellis (lien Imdb)